Archives mensuelles : février 2014

Enfance clandestine

Dimanche le 2 mars 16 h 30 et 19 h 30

Lundi le 3 mars 17h et 19 h 30

ENFANCE CLANDESTINE

De Benjamín Avila. Version originale espagnole avec sous-titres français. Espagne/Argentine/Brésil. 2012. 112 min. (En attente de classement).

Argentine, 1979. Juan, 12 ans, et sa famille reviennent à Buenos Aires sous une fausse identité après des années d’exil. Les parents de Juan et son oncle Beto sont membres de l’organisation Montoneros, en lutte contre la junte militaire au pouvoir qui les traque sans relâche. Pour tous ses amis à l’école et pour Maria dont il est amoureux, Juan se prénomme Ernesto. Il ne doit pas l’oublier, le moindre écart peut être fatal à toute sa famille. C’est une histoire de militantisme, de clandestinité et d’amour. L’histoire d’une enfance clandestine.

Avec son premier film, ENFANCE CLANDESTINE, Benjamín Ávila, réalisateur argentin,  raconte son incroyable histoire familiale : en 1979, ses parents étaient les ennemis de la junte militaire au pouvoir et lui avait 7 ans. C’était le temps de la peur et des secrets, reconstitué avec beaucoup de force dans ce film qui donne le sentiment de rencontrer l’enfant que fut Benjamín Ávila.

« Tout, ou presque, ici, repose sur l’enfant, sur sa vision parcellaire. Sous la pression de la dictature militaire, les adultes sont des ogres, même les plus aimants. De plus en plus cruelle, de moins en moins nostalgique, la chronique de ce quotidien heurté débouche sur un portrait politique de l’Argentine asphyxiée des années 1970. » — Cécile Mury, Télérama

«Un récit ultrasensible, un film autobiographique que le réalisateur dédie à sa mère, disparue, comme tant d’autres, en cette funeste année 1979.» (Zoé Protat, Ciné-Bulles).

«Ce récit d’apprentissage gagne progressivement en force et en émotion, naviguant joliment entre réalisme et onirisme.» (L’Express).

Avec Téo Gutiérrez Moreno, Ernesto Alterio, Natalia Oreiro, Cesar Troncoso.

Ce film était en sélection pour la Quinzaine des Réalisateur en 2012.

En collaboration avec LIBRAIRIE L’ALPHABET

Dead man talking

Dimanche le 9 mars 16 h 30 et 19 h 30

Lundi le 10 mars 17h et 19 h 30

DEAD MAN TALKING

De Patrick Ridremont. Belgique/France/Luxembourg. 2012. 101 min. (13 ans +).

20 h. Un couloir de la mort quelque part. William Lamers, dernier détenu d’une prison désaffectée, est condamné au Poison pour homicides. La loi ne précisant pas la longueur de sa dernière déclaration, il va profiter de ce vide juridique et se lancer dans un ultime monologue pour échapper à la sentence. Son exécution qui ne devait être qu’une formalité va alors devenir le plus incroyable des enjeux politiques et médiatiques au coeur d’une campagne électorale pour le moins étonnante et rocambolesque.

 

Réalisé par l’humoriste belge Patrick Ridremont qui fait aussi partie de la distribution (c’est lui le condamné à mort), DEAD MAN TALKING met en vedette François Berléand, Jean-Luc Couchard, Virginie Éfira, Christian Marin, Olivier Leborgne, Denis Mpunga et Pauline Burlet. Patrick Ridremont est un ancien jouteur de la Ligue d’improvisation belge. Il a même été sacré champion du monde d’improvisation en 1999, au Québec… Dans cette comédie dramatique originale et inventive, il réinvente à sa façon le mythe de Shéhérazade.

 

«Une petite perle venue de Belgique.» (L’Express).

«Ce huis-clos carcéral bien ficelé, sombre, angoissant, teinté d’humour par moments, nous tient en haleine jusqu’à la fin.» (Le Parisien).

Prix du public au Festival du Film Francophone de Namur 2012. Prix du public au Festival International des Jeunes Réalisateurs de Saint-Jean-de-Luz 2012 et Prix du public et du jury jeune au Festival de la Réunion 2012. En nomination pour 8 prix Magritte (l’équivalent des Césars belges), il s’est mérité le prix Magritte du premier film 2012.

En collaboration avec AUDITION MUSIK

Suzanne

Dimanche le 16 mars 16 h 30 et 19 h 30

Lundi le 17 mars 17h et 19 h 30

SUZANNE

Suzanne_01 Suzzanne_02

RÉALISATION : Katell Quillévéré   PAYS : France   ANNÉE : 2013 DURÉE : 94 min
VISA : En attente de classement

Suzanne et Maria sont fusionnelles, elles vivent une enfance heureuse malgré l’absence de leur mère, décédée quand elles étaient encore toutes petites filles. Nicolas, leur père mène tant bien que mal la barque, à la fois aimant et maladroit, jusqu’au jour où Suzanne tombe enceinte. Arrive le petit Charly, la famille s’est agrandie. Les années passent, Suzanne rencontre Julien, un garçon un peu voyou, ils tombent éperdument amoureux… Elle partira avec lui, abandonnant tout derrière elle.

« Sara Forestier et Adèle Haenel sont bouleversantes, elles passent de l’adolescence à l’âge adulte avec une évidence époustouflante. À quelques cheveux de perruque près, François Damiens est parfait. Le déterminisme social pèse son poids, imputable à l’absence du père et à un futur sans avenir. Pourtant, la force intérieure des héroïnes ordinaires que Katell Quillévéré met en scène est insolente. Une grande réalisatrice est née. » – Première

« Un film romanesque et virtuose avec l’ouragan Sara Forestier.. » – StudioCinélive

Film d’ouverture de LA Semaine de la critique au Festival de Cannes 2013 où il fut très bien reçu.

Vient de remporter le Prix des lectrices de Elle ex aquo avec GABRIELLE.

Vvec Sara Forestier, Adèle Haenel, François Damiens.

SITE DU DISTRIBUTEUR QUÉBÉCOIS

En collaboration avec LA BRÛLERIE D’ICI

Quai d’Orsay

Dimanche le 23 mars 16 h 30 et 19 h 30

Lundi le 24 mars 17h et 19 h 30

QUAI D’ORSAY

Quai_d_Orsay_01 Quai_d_Orsay_02

 

 

 

 

RÉALISATION : Bertrand Tavernier   PAYS :France   ANNÉE : 2013 DURÉE : 113 min VISA : Général

D’après la bande dessinée de Christophe Blain et Abel Lanzac. Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Le jeune Arthur Vlaminck est embauché pour écrire les discours du ministre. Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité de l’entourage du prince et se faire une place au Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares…

« L’excellent nouveau film de Bertrand Tavernier est une savoureuse satire politique. » – Marc-André Lussier, La Presse

« Un petit bijou de rire cinématographique. » – 20 Minutes

Gagnant du prix du jury du meilleur scénario au Festival de San Sebastian 2013

INTERPRÉTATION : Thierry Lhermitte, Raphaël Personnaz, Niels Arestrup, Bruno Raffaelli, Julie Gayet, Anaïs Demoustier, Thomas Chabrol et Thierry Frémont

SITE DU DISTRIBUTEUR QUÉBÉCOIS

En collaboration avec CRÊPE CHIGNON

Héli

Dimanche le 30 mars 16 h 30 et 19 h 30

Lundi le 31 mars 17h et 19 h 30

Version originale espagnole avec sous-titres français.

Heli_02 Heli_01

 

 

 

 

 

RÉALISATION : Amat Escalante PAYS : Mexique ANNÉE : 2013 DURÉE : 105 min
VISA : 16 ans +

Au Mexique, une jeune fille de 12 ans est entraînée dans un engrenage de violence après être tombée amoureuse d’un jeune policier impliqué dans un détournement de drogue.

« Un film brutal sur la violence au Mexique, une œuvre radicale sur le destin d’une famille confrontée à la violence de narcotrafiquants, une façon de « faire réfléchir » à « ce qui ne va pas » dans ce pays, selon son réalisateur Amat Escalante. » – Agence France-Presse

Prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2013

Gagnant de la Louve d’or (Grand prix de la compétition internationale) au Festival du nouveau cinéma de Montréal en octobre 2013

INTERPRÉTATION : Linda González Hernández, Andrea Vergara et Reina Julieta Torres

SITE DU DISTRIBUTEUR QUÉBÉCOIS

En collaboration avec LE MOUTON NOIR